Je suis une pro de l’auto-sabotage !

Je suis une pro de l'auto-sabotage !

Et si on était le premier obstacle à nos rêves ? J’ai été confronté récemment à mes mécanismes d’auto-sabotage. Alors comment peut-on identifier les signes avant coureur et éviter de se mettre des bâtons dans les roues ?

Je vous raconte. J’ai passé une semaine à dormir. J’ai enchaîné les siestes à 11h du matin comme à 19h. Et malgré ça, à 21h, je me glissais au lit à peine mon repas terminé. Un coup de fatigue ? Malade ? Evidemment, je me sentais frustrée de ne pas avoir l’énergie d’avancer ma multitude de projets. Et j’ai une révélation :  » Je fais ça à chaque fois ! « . J’avance dans un projet, je crée un concept et son plan d’action. Puis, lorsque je sens que je peux le faire et que mon rêve est possible, je tombe malade. Fatigue, un coup de froid ou plus le moral, je perds la motivation et je remets en question toutes mes idées.  Aujourd’hui, je me retrouve donc avec une liste de projets inachevés !

Ce constat n’est pas très positif et en contradiction avec mon envie de créer une vie qui me ressemble. Alors syndrome de l’imposteur ou croyances limitantes, les raisons de ce comportement se cachent dans mon histoire. Je vous conseille l’article Flagrant délit d’auto-sabotage d’Anouk du site Talented girls. Son témoignage m’a permis de faire le lien avec ce qu’il m’arrive et une habitude négative.

Don't stand in your own way !

Stop à l’auto-sabotage !

Et maintenant ? Ces mécanismes sont souvent de vieux réflexes ce qui nous demande une vraie volonté de changement. J’ai expérimenté 4 astuces pour retrouver au plus vite la motivation.

1. Identifier vos mécanismes d’auto-sabotage

La prise de conscience a été une étape importante et libératrice. En effet, une fois que l’on identifie son fonctionnement d’auto-sabotage, on est à nouveau maître de ses choix. Ne vous jugez pas ! Soyez bienveillant ! Vous avez maintenant toute les clés pour vous améliorer. Dans mon cas, je tombe malade ou je suis très fatiguée. Je me suis donc concentrée à prendre soin de ma santé.

2. Nommer ce qui vous fait peur

Le but est de devenir la meilleure amie de votre peur. Pour cela, listez tous ce qui vous fait peur, vous angoisse. Ces croyances limitantes qui déclenchent le réflexe d’auto-sabotage. Vous pourrez ainsi différencier vos peurs de votre intuition. Ma liste personnelle commencerai par exemple comme cela : la peur de ne pas être à la hauteur, la croyance de ne pas avoir le droit à une vie extraordinaire, la peur de l’échec, la peur du jugement des autres…

3. Transformer votre projet en petites actions

Contempler nos objectifs et le travail qu’il reste à accomplir est précisément ce qui alimentent nos peurs. Vous pouvez au contraire vous concentrer sur des petites actions pour éviter de paniquer face au chemin à parcourir. J’ai créé pour chaque objectif une fiche projet qui divise le travail en plusieurs actions. Je vous présente mon processus dans l’article Comment aller au bout de ses projets ?.

4. S’engager publiquement

C’est prouvé, on est plus efficace et investis lorsque qu’on a des dates limites ou pris des engagements publics. L’idée est donc de mettre en place des contrats qui nous empêchent de laisser tout tomber. S’engager sur les réseaux sociaux ou trouver un ami, un membre de votre famille qui s’assurera que vous allez au bout sont des formes d’engagement public.

une newsletter PAPIER

Je donne l’exemple en vous dévoilant mon prochain projet ! L’objectif est de m’assurer que j’aille au bout ! Alors voilà, j’ai envie de lancer une newsletter, mais je rêve d’une newsletter papier. Le concept ? Une fois par mois, j’envoie à 50 personnes de ma liste un courrier rempli d’ondes positives ! Les autres reçoivent la lettre dans leur boîte mail ! La première newsletter papier sera envoyé pour début juillet 2016 ! Pour s’inscrire c’est par ici.

 

 

Est-ce que vous reconnaissez des mécanismes d’auto-sabotage dans votre quotidien ? Quelles sont les peurs qui déclenchent ce système de protection ?

10 Comments

  1. Cappuccinette 12 juin 2016

    Oh la la je me reconnais complètement dans ton billet ! Je suis la reine des projets avortés, l’impératrice des débuts, incapable de mener à bien tout ce que j’envisage, avec toujours une pelletée de « bonnes » raisons qui n’en sont pas.
    Merci pour cet article qui fait réfléchir et super idée la NL papier : j’adore le papier, j’adore les courriers (on n’en reçoit plus alors qu’il y a le plaisir de la surprise ! Mais je plaide coupable, je n’en envoie guère non plus…)
    Bref, j’ai plein de nouvelles envies, de nouvelles idées, rha la la ça recommence ! 😉
    Merci et beau dimanche !

    Répondre
    • Audrey 12 juin 2016

      C’est exactement ça ! Il y a toujours tellement de bonnes raisons de remettre à plus tard ou de laisser tomber ! Pour tes nouvelles idées, fonce mais une après l’autre et en te créant des petites étapes pour avancer !
      Oh et je suis heureuse que le projet de newsletter te plaise ! Comme toi je me suis trouvé 1000 excuses de pas me lancer avant cet article ! Je vous en parle bientôt ! 🙂

      Répondre
  2. Katia 12 juin 2016

    Beau travail sur toi même ! Se connaître pour mieux se « dompter » bravo pour ton projet! Tiens bon !

    Répondre
    • Audrey 12 juin 2016

      Merci de tes encouragements ! Apprendre se connaître est réellement la base de tous changement. Je lâche rien ! 🙂

      Répondre
  3. Nathalie 14 juin 2016

    Reine de la « je parle mais je fais RIEN », de la procrastination …. je me reconnais tellement …. c’est à faire peur

    Répondre
    • Audrey 14 juin 2016

      Je te comprends totalement. C’est frustrant. La prise de conscience est le début de tout changement. Plus qu’à agir étape par étape et pourquoi pas commencer par une toute petite action ? A bientôt !

      Répondre
  4. jUSTINE 18 juin 2016

    Super Article audrey ! Merci pour tous ces conseils que je vais très vite mettre en place ! eh oui encore une victime de l’auto sabotage ! a TRÈS VITE
    jUSTINE

    Répondre
    • Audrey 20 juin 2016

      Merci beaucoup pour ton commentaire ! Oui j’ai l’impression qu’on a tous des réflexes plus ou moins importants d’auto sabotage ! Mais la prise de conscience est le début du changement ! A bientôt !

      Répondre
  5. Sur un petit nuage 24 juillet 2016

    Hello, merci pour cet article que je vais garder sous le coude parce que je suis aussi une auto saboteuse (et ça craint).
    J’ai déjà tenter d’appliquer tes 3 premiers conseils mais ça n’a pas fonctionné, ça revient vite :s
    Je vais retenter le coup

    bises

    Répondre
    • Audrey 25 juillet 2016

      L’auto sabotage est un réflexe souvent très ancré en nous et ne disparaît jamais vraiment. Peut être contourner le problème en se concentrant sur des objectifs qui ont du sens pour toi, qui te motive profondément pour que tu trouves des astuces pour surmonter tes réflexes d’auto sabotage. Reste empathique envers toi même. Rien n’est simple rien, n’est définitif et tout et question d’apprentissage. Je t’envoie plein d’ondes positives; Bises

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *